Les médias sociaux et leurs mythes

Aujourd'hui, pratiquement aucune entreprise ne peut ignorer le marketing via les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante du mix de communication. Pourquoi, alors, y a-t-il encore des entreprises qui ignorent complètement ce sujet ou qui sont convaincues que leur entreprise n'a pas besoin d'y être représentée ? Dans cet article, nous allons examiner certaines affirmations et certains mythes et voir s'ils sont fondés.

Les médias sociaux sont réservés à la jeune génération

Cet argument est toujours d'actualité dans le débat sur les médias sociaux. Pourtant, il existe suffisamment d'études qui l'ont réfuté depuis longtemps. Il est vrai que toutes les cohortes d'âge ne se retrouvent pas sur la même plateforme. En revanche, des tendances claires se dégagent. L'important est d'examiner votre propre groupe cible : Qui sont mes clients et mes prospects ? Où sont-ils le plus susceptibles de passer leur temps ?

Une fois la réponse trouvée, il convient également de la remettre en question à plusieurs reprises. Avec les nouvelles plateformes, l'offre pour les utilisateurs augmente et les entreprises doivent vérifier si les groupes cibles sont toujours actifs sur la plateforme ou si leur comportement a changé et que la stratégie doit donc être modifiée. Cela nous amène directement au préjugé suivant :

Une nouvelle plateforme est en vogue - nous devons absolument y poster quelque chose aussi

Après Facebook, il y a eu Instagram. Après Twitter (maintenant « X »), il y a eu Mastodon. Après Snapchat, BeReal. Après WhatsApp, Telegram. Ce qui arrivera après TikTok n'est pas encore clair, peut-être YouTube shorts ?

Cette liste pourrait s'allonger à l'infini. En fin de compte, on peut dire qu'il y a toujours un engouement autour des dernières plates-formes et que les entreprises sont confrontées au grand problème de suivre ou non cet engouement. Mais est-ce que le simple fait qu'une plateforme soit à la mode en ce moment oblige l'entreprise à suivre le mouvement ? Pas vraiment !

En tant qu'entreprise, cela peut être considéré comme un test, car, surtout avec les nouvelles plateformes, il n'y a guère d'indices sur les groupes cibles que l'on peut trouver ou sur les formats qui fonctionnent vraiment bien sur ces plateformes. D'un autre côté, c'est aussi l'occasion d'être perçu comme un pionnier et d'atteindre une certaine audience avec de nouvelles idées, de nouveaux formats et même avec un petit budget. Il s'agit donc de se concentrer sur les points suivants :

« Rien de tout ça n'est du travail, ce qu'ils font là-bas. C'est tout simplement idiot. »

Cette affirmation est à prendre avec beaucoup de précaution et à plusieurs niveaux. Le premier facteur important est la personne elle-même. Une personne qui travaille dans le marketing des médias sociaux travaille également comme une personne qui travaille dans la gestion de projet, le conseil ou dans une épicerie - seulement chacun a des tâches différentes qui se présentent différemment en conséquence.

En outre, vous pouvez reposer la question ici : Souririez-vous ou ririez-vous si vous regardiez le contenu sur n'importe quelle plateforme ? Continueriez-vous à balayer ou prendriez-vous quelques secondes pour le regarder ? Sur les plateformes, vous n'avez que quelques secondes pour attirer l'attention d'un utilisateur. Les publicités classiques qui se contentent de dire « Achetez mon produit/service » ont rapidement disparu et ce n'est plus un secret, du moins depuis Steve Jobs, que la publicité se concentre moins sur le produit que sur l'expérience.

Sur les médias sociaux, il y a un autre niveau : la publicité est ennuyeuse si vous ne trouvez pas un moyen d'amuser ou d'intéresser les gens. Sur les réseaux sociaux, l'objectif devrait toujours être l'interactivité ou l'engagement dans un premier temps. Qu'il s'agisse, par exemple, de donner un aperçu de la vie quotidienne d'un bureau et de le faire de manière humoristique. Les gens pourront s'y identifier, l'aimer, peut-être même le commenter directement ou créer un lien avec des coéquipiers, parce que cela leur convient aussi.

Bien sûr, certaines personnes peuvent trouver cela ridicule à première vue, mais tout d'abord, il n'est pas toujours possible de rendre justice à tout le monde et ensuite, l'évaluation doit être liée à la contribution des actions à la réalisation des objectifs de l'entreprise.

Les médias sociaux dans le mix marketing B2B

Le groupe priint sur les médias sociaux

Comment pouvons-nous vous aider?

Login